Souffrances physiques à la croix

Lorsqu’on parle du sacrifice de Jésus à la croix bien souvent on ne réalise

pas l’atrocité des blessures.

En lisant les écritures la bible nous décrit combien la souffrance de Jésus

fut importante aussi bien sur le plan physique que sur le plan morale.

Luc 22 v37

  Car, je vous le dis, il faut que cette parole qui est écrite s’accomplisse en moi: Il a été mis au nombre des malfaiteurs. Et ce qui me concerne est sur le point d’arriver.

Dans le jardin de Gethsémané on remarque la grande angoisse de Jésus

à un tel point que des grumeaux de sang tombaient à terre.

Luc 22 v 39

Après être sorti, il alla, selon sa coutume, à la montagne des oliviers. Ses disciples le suivirent.

40  Lorsqu’il fut arrivé dans ce lieu, il leur dit: Priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation.

41  Puis il s’éloigna d’eux à la distance d’environ un jet de pierre, et, s’étant mis à genoux, il pria,

42  disant: Père, si tu voulais éloigner de moi cette coupe! Toutefois, que ma volonté ne se fasse pas, mais la tienne.

43  Alors un ange lui apparut du ciel, pour le fortifier.

44  Etant en agonie, il priait plus instamment, et sa sueur devint comme des grumeaux de sang, qui tombaient à terre.

45  Après avoir prié, il se leva, et vint vers les disciples, qu’il trouva endormis de tristesse,

46  et il leur dit: Pourquoi dormez-vous? Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas en tentation.

Sous le coup d’une forte angoisse, des capillaires minuscules des glandes sudoripares peuvent éclatées et provoquer ainsi une mélange de sang avec de la sueur.

Ce processus aurait pu provoquer une importante faiblesse

et éventuellement une commotion.

Ce phénomène s’appelle l’hématidrosis.

Matthieu 26 v 37

Il prit avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, et il commença à éprouver de la tristesse et des angoisses.

38  Il leur dit alors: Mon âme est triste jusqu’à la mort; restez ici, et veillez avec moi.

Psaume 55 v 5

Mon cœur tremble au dedans de moi, Et les terreurs de la mort me surprennent.

Psaume 116 v 3

Les liens de la mort m’avaient environné, Et les angoisses du sépulcre m’avaient saisi; J’étais en proie à la détresse et à la douleur.

Lorsque Jésus dit : << mon âme est triste jusqu’à la mort >>

on peut ressentir la profondeur des angoisses que Jésus supporta.

39  Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.

40  Et il vint vers les disciples, qu ‘il trouva endormis, et il dit à Pierre: Vous n’avez donc pu veiller une heure avec moi!

41  Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible.

42  Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite!

43  Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis.

44  Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles.

Par 3 fois Jésus répéta ces paroles mais il ne fit pas sa volonté mais celle du père.

Puis advient la trahison de judas et son arrestation

Matthieu 26 v 50

Jésus lui dit: Mon ami, ce que tu es venu faire, fais-le. Alors ces gens s’avancèrent, mirent la main sur Jésus, et le saisirent.

Psaume 41 v 9

Celui-là même avec qui j’étais en paix, Qui avait ma confiance et qui mangeait mon pain, Lève le talon contre moi.

Talon: aqueb (hébreu)

Talon, trace, les pas, embuscade

Talon, situé à l’arrière, trace de pas, partie arrière , sabot,

arrière garde d’une troupe, un pas

Jean 13v18 a 21 (troubler)

18 Ce n’est pas de vous tous que je parle ; je connais ceux que j’ai choisis. Mais il faut que l’Ecriture s’accomplisse : Celui qui mange avec moi le pain A levé son talon contre moi. 19 Dès à présent je vous le dis, avant que la chose arrive, afin que, lorsqu’elle arrivera, vous croyiez à ce que je suis. 20 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j’aurai envoyé me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyé. 21 Ayant ainsi parlé, Jésus fut troublé en son esprit, et il dit expressément : En vérité, en vérité, je vous le dis, l’un de vous me livrera.

Talon: pterna (grec)

Talon du pied

Lever le talon contre qqun (léser qqun par supercherie, tromperie (figure empruntée soit à « donner un coup de pied »soit à un lutteur culbutant son adversaire)

Différent de osée 12 v 3 (Jacob = supplanter)

3 Dans le sein maternel Jacob saisit son frère par le talon, Et dans sa vigueur, il lutta avec Dieu.

Talon = Aqab (hébreu)

Supplanter, retenir par le talon, assaillir, circonvenir,

assaillir insidieusement, duper, tromper)

Malgré la grande angoisse que Jésus a dans son cœur il appelle Judas mon ami ; c’est alors que l’on comprend tout l’amour de Jésus envers les gens, alors qu’ils sont venus le chercher comme un brigand.

Matthieu 25 v 55

En ce moment, Jésus dit à la foule: Vous êtes venus, comme après un brigand, avec des épées et des bâtons, pour vous emparer de moi. J’étais tous les jours assis parmi vous, enseignant dans le temple, et vous ne m’avez pas saisi.

Jésus aurai pu demander de l’aide son père ou demander

aux anges d’intervenir mais ce qui compte pour lui ce n’est pas sa volonté

mais celle de Dieu afin que les hommes puissent être sauvés.

Matthieu 26 v 53

Penses-tu que je ne puisse pas invoquer mon Père, qui me donnerait à l’instant plus de douze légions d’anges?

Mais au contraire Jésus savait ce qu’il avait à faire.

Jésus abandonné par ses disciples

Matthieu 26 v  56

Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis. Alors tous les disciples l’abandonnèrent, et prirent la fuite.

La terreur du moment ainsi que la tension générale de l’action était si intense

que même ses disciples l’abandonnèrent allant jusqu’à renier sa connaissance

lorsque Jésus était en présence  du souverain sacrificateur Caïphe.

Matthieu 26 v 31

  Alors Jésus leur dit: Je serai pour vous tous, cette nuit, une occasion de chute; car il est écrit: Je frapperai le berger, et les brebis du troupeau seront dispersées.

Matthieu 26 v 35 

Pierre lui répondit: Quand il me faudrait mourir avec toi, je ne te renierai pas. Et tous les disciples dirent la même chose.

Matthieu 26 v 72

Il le nia de nouveau, avec serment: Je ne connais pas cet homme.

73  Peu après, ceux qui étaient là, s’étant approchés, dirent à Pierre: Certainement tu es aussi de ces gens-là, car ton langage te fait reconnaître.

74  Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer: Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta.

75  Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite: Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement.

Jésus livré

Matthieu 26 v 57

Ceux qui avaient saisi Jésus l’emmenèrent chez le souverain sacrificateur Caïphe, où les scribes et les anciens étaient assemblés.

Là il fût Humilié, frappé, moqué…

Matthieu 26 v 67

Là-dessus, ils lui crachèrent au visage, et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets.

Esaïe 53 v 4

  Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié.

Jésus emmené devant le gouverneur Pilate.

Il subit les fausses accusations des principaux sacrificateurs et garda le silence

Esaïe 53 v 7

  Il a été maltraité et opprimé, Et il n’a point ouvert la bouche, Semblable à un agneau qu’on mène à la boucherie, A une brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n’a point ouvert la bouche.

Quand Pilate sut que JC était Galiléen donc sous la juridiction d’Hérode (présent à en ces moment à Jérusalem) il le lui envoya.

Hérode heureux de voir JC pensant voir des miracles mais étant donné que JC ne répondit rien aux accusations des principaux sacrificateurs il le méprisa, se moqua de lui et le renvoya à Pilate.

Pilate ne trouvant rien à redire sur JC s’en lava les mains et accepta après le faire battre qu’il soit crucifié comme le demandait le peuple ainsi que les scribes et les principaux sacrificateurs.

Matthieu 27 v 24

Actes 18 v 6

Sang (Haima en grec: sang versé, être tué avec violence, tuer, meurtre, massacré, assassiné) % juste

Matthieu 22 v 30

Matthieu 23 v 35

Matthieu 26 v 28

Différent de dam (hébreu) meurtre, mort, sanguinaire, carnage, mortalité, vigne.

Habakuk 2 v 12 et 17

La flagellation

Le prisonnier est dépouillé de ses vêtements, ses mains liées au-dessus de la tête.

Selon la loi juive concernant la flagellation les coups portés ne devait pas dépassés les 40 coups c’est pour cela que les bourreaux préférait s’arrêter à 39 coups, mais étant donné que JC fût battu par des romains alors cette loi ne s’appliquait pas et les bourreaux s’arrêtait quand le centurion jugeait que le prisonnier était presque mort.

Les traces sont répandues sur tout le corps, des épaules au bas des jambes ainsi que sur la poitrine.

L’instrument s’appelle le flagrum :

Fouet à manche court portant plusieurs lanières épaisses et larges (généralement 2 voire 3) , munies à quelques distance de balles de plomb ou d’os de mouton.

Les lanières coupaient la peau pendant que les balles imprimaient de profondes plaies contuses.

il en résultait une hémorragie non négligeable et un affaiblissement considérable de la résistance vitale.

Lorsque le supplice prend fin la peau du dos se met à pendre en long lambeaux et devient une masse méconnaissable de tissus déchirés et sanglant puis il est détachés et autorisé à s’écrouler sur les dalles de pierres jonchées de son propre sang et lambeaux de chair.

Psaume 129 v 3

Des laboureurs ont labouré mon dos, Ils y ont tracé de longs sillons.

La couronne d’épines

Jean 19 v 2

Les soldats tressèrent une couronne d’épines qu’ils posèrent sur sa tête, et ils le revêtirent d’un manteau de pourpre; puis, s’approchant de lui,

Certain parle d’acacias d’autre d’aubépines mais selon l’époque il utilisait plus le jujubier qui a la particularité d’être souple donc facile à tressés mais aussi résistant ce qui ont permis aux soldats de l’enfoncer dans le crâne avec le roseau.

La tête est en effet l’une des régions du corps où il y a le plus de vaisseau.)

Le vêtement pourpre

Lorsque l’on retira le manteau après la flagellation ils ont dû lui arraché car celui-ci déjà collé au caillot de sang et de sérum des plaies et en le tirant, ils ont provoqué une atroce douleur, semblable à celle que l’on éprouve lorsqu’on enlève sans précaution un pansement.

C’était presque comme s’il était fouetté à nouveau et les blessures se remettent à saignées.

Psaumes 22 v 13-14

Ils ouvrent contre moi leur gueule, Semblables au lion qui déchire et rugit.

Le chemin jusqu’au Golgotha (lieu du crane)

JC est obligé de porter la croix mais suivant les crucifixions romaines le condamné portait seulement la barre transversale appelé le patibulum qui pesait entre 40 et 70 voire 80 kgs suivant les écrits retrouvé. Le patibulum était attaché sur ses épaules ce qui amplifie terriblement la douleur du faite que le bois rugueux creuse les épaules et les muscles lacérés par les coups.

Les muscles humains poussés au-delà de leur résistance, le centurion impatient de procéder à la crucifixion choisit un homme Simon de Cyrène pour aider JC a porter la croix (pratique utilisé par les romains lorsque le supplicié devenait trop faible).

La distance parcouru était d’environ 400 à 600 m (supposition car les plans de Jérusalem ont changés avec les années et l’on n’a pas retrouvé des plans de l’époque).

On offre à JC du vin mêlé de fiel (amère) ou du vin mélangé de myrrhe qui est un mélange analgésique doux (Qui permettait de soulager quelque peu la douleur), qu’il refusa.

On plaça JC sur le bois (douleur intense dû aux coups), le légionnaire trouve la dépression à l’avant du poignet et enfonce le bois à travers le poignet un clou de fer (carré d’environ 6 à 8 cm)

(Rappel dans l’antiquité le poignet faisait parti intégrante de la main)

Le légionnaire ne tirait pas trop sur les bras afin de laisser une certaine flexion et un peu de mouvement.

Le patibulum est soulevé et placé au-dessus du poteau (toujours selon la procédure de la crucifixion romaine).

Puis le pied gauche est pressé contre le droit, les deux pieds étendus, les orteils vers le bas et le clou est enfoncé à travers l’arche de chaque pieds ; laissant la possibilité aux genoux de plier un peu.

Le corps s’affaisse lentement en mettant plus de poids sur les clous des poignets, une douleur est déclenchée le long de ses doigts et explose dans son cerveau car les clous mettent en pression les nerfs médian (ou il se déchire d’où le recroquevillement du pouce vers l’intérieur de la main)

Pour supporter il est obligé de se soulever donc il reporte le poids sur les pieds qui ressente une douleur terrible du au clou qui déchire les nerfs entre les métatarses.

A ce stade un autre phénomène se produit :

Les bras se fatigue et des vagues de crampes affluent dans les muscles et les contractent dans une forte douleur ; à cause d’elles il ne parvient plus à se soulever ; les muscles  pectoraux se paralyse et les muscles intercostaux ne peuvent plus fonctionner. Il arrive à inhaler de l’air mais ne peux plus l’exhaler.(donc obligation de se soulever) ; finalement le gaz carbonique s’accumule dans les poumons et dans le sang et les crampes deviennent plus intense.

La douleur s’intensifie dû aux crampes qui déchirent les articulations, l’asphyxie est intermittente et partielle, alors commence une autre douleur aiguë dans la poitrine au moment où le péricarde se remplie lentement de sérum et commence à comprimé le cœur

Psaume 22 v 15

Je suis comme de l’eau qui s’écoule, Et tous mes os se séparent; Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles.

La perte des fluides a atteint un niveau critique, le cœur comprimé lutte pour pomper un sang lourd, épais, les poumons font un effort considérable pour fonctionner par petites bouffées d’air, les tissus déshydratés envoient leur flots de stimuli au cerveau.

Psaume 22 v 16

Ma force se dessèche comme l’argile, Et ma langue s’attache à mon palais; Tu me réduis à la poussière de la mort. (Rapport aussi avec << j’ai soif >>  de Jean 19 v 28)

Le manque d’eau entraîne :maux de tête, fatigue, crampes musculaires, maux de dos et douleurs articulaires…

Soif : La soif se fait sentir au-delà de 5% de perte d’eau : les muqueuses deviennent sèches puis, si la perte d’eau s’accentue, râpeuses, brûlantes. Il ne s’agit plus d’une sensation désagréable, mais d’une véritable douleur.

Jésus a pu dire les 7 paroles sur la croix lorsqu’il se soulevait pour exhaler l’air de ses poumons.

Luc 23 v 24 (pardon)

Jésus dit: Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font. Ils se partagèrent ses vêtements, en tirant au sort.

Luc 23 v 43 (éternité )

  Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis.

Jean 19 v 26  (amour)

Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère: Femme, voilà ton fils.

27  Puis il dit au disciple: Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.

Matthieu 27 v 46 (sacrifice)

Et vers la neuvième heure, Jésus s’écria d’une voix forte: Eli, Eli, lama sabachthani? C’est-à-dire: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?

Jean 19 v 28 (appel)

  Après cela, Jésus, qui savait que tout était déjà consommé, dit, afin que l’Ecriture fût accomplie: J’ai soif.

Jean 19 v 30 (salut)

  Quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit: Tout est accompli. Et, baissant la tête, il rendit l’esprit.

Luc 23 v 46 (obéissance)

  Jésus s’écria d’une voix forte: Père, je remets mon esprit entre tes mains. Et, en disant ces paroles, il expira.

   

Puis la fin du calvaire pour Jésus arriva

Afin d’éviter que les suppliciés reste pendant la pâque les juif demande Pilate de briser les jambes afin qu’il décède plus rapidement. (Les jambes cassées il ne pouvait plus se soulever pour exhaler l’air du coup il mourrait par asphyxie).

Suivant les conclusions des médecins lorsque le légionnaire perça le côté de JC dans  jean 19 v 34, il y eu donc un écoulement aqueux provenant de la poche  entourant le cœur, et écoulement de sang provenant de l’intérieure du cœur, preuve que Jésus n’est pas mort d’asphyxie comme le sont d’ordinaire les crucifiés mais d’une défaillance cardiaque due à la commotion  et au blocage du cœur provoqué par l’écoulement de fluide dans le péricarde.

Jean 19 v 31

Dans la crainte que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, car c’était la préparation, et ce jour de sabbat était un grand jour, les Juifs demandèrent à Pilate qu’on rompît les jambes aux crucifiés, et qu’on les enlevât.

32  Les soldats vinrent donc, et ils rompirent les jambes au premier, puis à l’autre qui avait été crucifié avec lui.

33  S’étant approchés de Jésus, et le voyant déjà mort, ils ne lui rompirent pas les jambes;

34  mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l’eau.

Jean 19 v 36

  Ces choses sont arrivées, afin que l’Ecriture fût accomplie: Aucun de ses os ne sera brisé.

Psaume 34 v 20 à 21

Le malheur atteint souvent le juste, Mais l’Eternel l’en délivre toujours.

Il garde tous ses os, Aucun d’eux n’est brisé.

Os non brisé = les justes

Os brisé = les pécheurs

Lors de crucifixion les os des poignets n’étaient pas toujours brisés.

Il y avait jusqu’à 500 crucifixions par jours hommes, femmes, enfants, opposant aux romains, ennemis

Dans le psaume 22 on retrouve la crucifixion a expliqué

Esaïe 53 v 1 à 5 idem